Quel statut choisir pour créer votre entreprise ?


Le choix du statut juridique est une étape cruciale dans le cadre d'une création d'une entreprise. C'est ce qui définit le cadre légal qui s'impose à votre société, c'est-à-dire le régime social, le régime fiscal, mais aussi les relations entre les associés, le chef d'entreprise et l'entreprise. Voilà pourquoi il ne devrait pas être choisi par hasard. Il doit avant tout être adapté à votre projet et à vos objectifs. De cette décision dépendent les formalités à accomplir et le procédé à suivre. Sachez que chaque forme juridique présente des caractéristiques bien spécifiques que vous deviez connaître avant de vous décider. Détails.

Les différents types de formes juridiques

Chaque statut présente des avantages et des inconvénients. Vous avez ainsi le choix entre les options suivantes, qui se déclinent en deux grandes catégories : l'entreprise individuelle et la structure sociétale.

L'AE ou autoentreprise

Le statut d'autoentrepreneur convient aux personnes souhaitant lancer leur propre activité ou encore développer en parallèle une activité complémentaire et leur métier. C'est le statut qui permet la création d'une entreprise simplifiée.

Le portage salarial

Il existe aujourd'hui un nouveau mode de travail pour ceux qui exercent une activité professionnelle indépendante et qui souhaitent bénéficier en même temps de la couverture sociale d'un salarié. Pour en savoir plus sur le portage salarial, lisez ce qui suit : ce nouveau statut, très prisé par les particuliers, met en relation trois acteurs, le salarié porté, l'entreprise cliente et la société de portage. C'est cette dernière qui joue l'intermédiaire entre les deux autres parties et effectue le contrat de prestation de services avec l'entreprise cliente. C'est elle qui embauche le consultant comme salarié.

L'EI ou entreprise individuelle

En choisissant le statut EI, vous allez pouvoir lancer rapidement votre activité à moindres frais. Les démarches sont moins contraignantes et vous n'avez pas à réunir de capital. Seule votre inscription au centre des formalités des entreprises est nécessaire pour déclarer votre entreprise.

L'EURL ou entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée

Ce statut permet de limiter la responsabilité des entrepreneurs en cas de faillite de leur activité. Ses règles de gestion sont allégées. En revanche, son fonctionnement est plus lourd que celui du statut EI. Aussi, le gérant de l'entreprise ne peut se placer sous le régime salarié.

L'EIRL ou entreprise individuelle à responsabilité limitée

L'EIRL est un statut à mi-chemin entre l'EI et l'EURL. Son principal avantage repose sur la protection de vos biens personnels et son fonctionnement est assez simple. En revanche, son formalisme est exigeant et engendre des frais non négligeables. Aussi, des règles comptables doivent être respectées comme l'établissement de comptes sociaux annuels, le dépôt des comptes, etc.

La SASU ou société par actions simplifiée unipersonnelle

Ce statut est prisé par les start-up à forte croissance. Son avantage réside sur le fait qu'il n'engage la responsabilité de l'associé unique qu'à hauteur de son apport. Il est également prisé pour sa flexibilité et sa souplesse. Il offre une grande liberté de gestion, mais avec un coût plus élevé.

La SARL ou société à responsabilité limitée

Pour ce statut, il faut au minimum deux associés et au maximum 100. Ces derniers n'engagent pas leur patrimoine familial et personnel, ce qui constitue son principal avantage. Il offre un cadre juridique sécurisant à ses associés, mais aussi la possibilité d'utiliser de conjoint collaborateur. Par contre, son fonctionnement est trop lourd pour certains projets. Les dividendes du gérant majoritaire sont assujettis aux cotisations sociales. En l'absence d'apports importants en capital, il ne peut donc pas toucher un revenu.

La SA ou société anonyme

Ce statut est plus adapté aux structures de grande taille. Il exige un capital minimum de 37 000 euros et l'intervention de deux associés pour la création de l'entreprise. Ce statut est un gage de sécurité et de crédibilité pour les entrepreneurs vis-à-vis des parties prenantes telles que les banques, les fournisseurs ou les clients. Même si cette structure est dédiée aux entreprises, elle s'avère beaucoup plus lourde pour les petites et moyennes entreprises.



Share on Google Plus
    Commentaires

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire